Gréu de l'àpi

Le bonheur n'est jamais offert, il se gagne, il se goûte et c'est autour d'une table qui se partage Roland Escaig

03 décembre 2012

210 éme foire aux santons à Marseille

santons 037

Ces petits Saints exercent toujours sur moi autant de fascination...

Et cette années encore je suis allée voir la 210ème foire aux Santons à Marseille.

Je n'ai pas pu m'empechée d'acheter un nouveau santon...qui viendra agrémenter une crêche déjà bien garnie.

Ce qui m'a plu! et bien son histoire que je vais vous conter :

L'histoire du FOUNFONIAIRE :

Enfant du Haut-Gavot (Haute Savoie) ou du fond du Queyras envoyé par ses parents gagné son pays à Marseille (le babylone du Midi), en ses temps difficile. Le jeune troubadour en herbe chantait des vers en provençal en les accompagnant de sa "founfouni" sa vielle en public, dans les rues. De pauvres poupées taillées dans du mélèze et habillées de quelques chiffons par les doigts d'une grand-mère,mère ou soeur. Elles étaient transpercées de ficelles que le joueur noué à l'une de ses extrèmitées au-dessus de son genou tandis que l'autre etait fixé à un montant de bois planté verticalement sur une planchette.  

D'un pied il maintenait le bout de cette planchette, de l'autre par divers mouvements il faisait danser les poupées, danso mounino. Tandis que sa founfòni jouait des vieux airs :

Près de la Javie

dans notre village,

mamère en pleurant

un matin me dit :

"mon enfant chéri,

nous manquons d'ouvrage,

vas vers le Midi,

ce lointains pays.

Ta planche de bois sera

ton théâtre

pour faire danser 

tes jolis pantin."

Quel temps difficile....

Ce personnage est reproduit pas le santonier ou plutôt la santonnière Sylviane Gerbeau Delchamp petite fille de Gaubert et Caillol est splendide.( Elle c'est inspirée d'une peinture de Louis-Léopold Boilly peintre du 19ème)

 

 

santons 032-001

 

Posté par luccetatou à 07:07 - SANTONS - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire